Sommet sur l’IA à Bletchley Park : une étape vers la régulation internationale

Leaders mondiaux, géants tech et experts en IA se réunissent à Bletchley Park pour discuter des implications et défis majeurs liés à l'évolution rapide de l'intelligence artificielle. Ce sommet historique promet des discussions engagées et des perspectives novatrices sur la régulation future de l'IA.
Publié le 1 novembre 2023 à 10h48
modifié le 1 novembre 2023 à 13h32
En bref
  • Sommet d'importance à Bletchley Park avec des personnalités de premier plan, dont Kamala Harris et Ursula von der Leyen.
  • Présence notable des PDG de Google DeepMind et OpenAI, ainsi que d'institutions majeures dans l'IA.
  • Des tables rondes pour discuter des enjeux, allant des cyberattaques aux risques "existentiels" liés à l'IA.
  • Le Royaume-Uni cherche à se positionner comme leader mondial en matière de sécurité de l'IA.
  • Mise en lumière des débats suscités par le Chatbot ChatGPT d'OpenAI et comparaison avec des enjeux mondiaux comme le changement climatique.
  • Propositions attendues pour une régulation internationale après les avancées du G7, de l'UE et des États-Unis.
Hugo Mollet
Hugo Mollet
Rédacteur en chef pour la rédaction média d'idax, 36 ans et dans l'édition web depuis plus de 18 ans. Passionné par l'IA depuis de nombreuses années.

Le 1er et 2 novembre aura lieu un sommet sans précédent dans le domaine de l’intelligence artificielle (IA) à Bletchley Park, où les codeurs britanniques ont travaillé durant la Seconde Guerre mondiale. Les organisateurs ont indiqué à Reuters que l’événement rassemblerait environ une centaine d’invités, dont des leaders mondiaux, des dirigeants d’entreprises technologiques, des universitaires et des représentants d’organisations non gouvernementales. Parmi les personnalités présentes figureront notamment la vice-présidente des États-Unis Kamala Harris, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le Vice-Ministre chinois de la Technologie Wu Zhaohui et le Secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres. Il est intéressant de souligner la participation de la Chine à ce sommet après la visite en août dernier du diplomate britannique James Cleverly à Pékin, première visite d’un ministre britannique des affaires étrangères en cinq ans.

Des intervenants de renom au programme

Sont également attendus à cet événement des responsables des plus grandes entreprises spécialisées dans l’IA, tels que Demis Hassabis, PDG de Google DeepMind, et Sam Altman, fondateur d’OpenAI. Cette dernière société est notamment connue pour son Chatbot dopé à l’IA, le ChatGPT. Des universitaires et des organisations non gouvernementales, tels que Stuart Russell et Geoffrey Hinton, ainsi que l’Alan Turing Institute et le Future of Life Institute seront également de la partie. Actuellement, il n’existe aucune régulation globale en matière de sécurité de l’IA, bien que certains gouvernements commencent à mettre en place leurs propres règles. Par exemple, l’Union européenne a élaboré le premier ensemble de textes législatifs régissant l’utilisation de l’IA au sein de l’Union.

Des tables rondes pour aborder les menaces posées par les avancées technologiques

Selon l’agenda du sommet, diverses tables rondes seront organisées pour discuter des menaces posées par les développements futurs de l’intelligence artificielle. Les discussions porteront notamment sur l’utilisation potentielle des systèmes d’IA comme armes par des pirates informatiques ou des terroristes, la création d’armes biologiques, ou encore l’éventualité que la technologie acquière une conscience propre et sème le chaos à l’échelle mondiale. Les experts et les régulateurs semblent divisés sur la manière de hiérarchiser ces menaces. La législation européenne tant attendue sur l’IA donne la priorité aux potentielles violations des droits de l’homme, telles que la protection des données et la lutte contre la surveillance, plutôt qu’aux risques dits « existentiels » qui dominent une grande partie de l’agenda du sommet. Le Premier ministre britannique Rishi Sunak espère que le Royaume-Uni deviendra un leader mondial en matière de sécurité de l’IA, se positionnant entre les blocs économiques concurrents tels que les États-Unis, la Chine et l’Union européenne.

Au cœur des discussions internationales sur la régulation de l’IA

Cette conférence intervient presque un an après la sortie du Chatbot ChatGPT d’OpenAI, qui a suscité des débats internationaux sur le potentiel de cette technologie en constante amélioration. Certains experts ont fait des comparaisons entre cette dernière et des problèmes majeurs tels que le changement climatique ou les armes nucléaires. À la fin du sommet, M. Sunak devrait prononcer un discours soulignant les points d’accord parmi les participants. Il rejoindra ensuite Elon Musk pour une discussion en direct diffusée sur X. Selon un récent rapport du Financial Times, M. Sunak envisage de créer un conseil consultatif mondial pour la régulation de l’IA, s’inspirant du modèle du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). L’annonce du sommet en juin dernier avait soulevé des questions sur la capacité du Royaume-Uni à diriger une initiative mondiale sur la régulation de l’IA. Depuis lors, le président américain Joe Biden a signé un décret régissant l’utilisation de l’IA aux États-Unis, l’UE s’est rapprochée de l’adoption de sa propre loi sur l’IA et le G7 a adopté son propre code de conduite pour les entreprises utilisant la technologie. La semaine dernière, les Nations Unies ont annoncé la création d’un comité consultatif sur l’IA composé d’experts du secteur, de chercheurs et de représentants de différents gouvernements. Les partisans de l’intelligence artificielle estiment que le Royaume-Uni peut jouer un rôle d’intermédiaire entre les trois grandes puissances mondiales – les États-Unis, l’Union européenne et la Chine – et espèrent que ce sommet posera les bases d’un dialogue international futur sur ce sujet.

Hugo Mollet
Hugo Mollet
Rédacteur en chef pour la rédaction média d'idax, 36 ans et dans l'édition web depuis plus de 18 ans. Passionné par l'IA depuis de nombreuses années.
actu.iaNewsSommet sur l'IA à Bletchley Park : une étape vers la régulation internationale

L’utilisation des chatbots pour les entretiens d’embauche suscite des questionnements parmi les DRH concernant l’impact de l’intelligence artificielle

L’intelligence artificielle utilisée pour publier des livres pour enfants en langues locales au Mali

Fallout : Quand une IA modifie l’affiche de la série, que se passe-t-il ensuite ?