Les chasseurs F-16 pilotés par intelligence artificielle : Vont-ils rendre les pilotes humains obsolètes ?

Explorant les nouvelles frontières de l'aéronautique militaire, le projet VENOM-AFT de l'US Air Force met en avant l'utilisation de l'intelligence artificielle pour piloter de façon autonome les chasseurs F-16, tout en maintenant l'implication cruciale des pilotes humains. Ce développement s'inscrit dans un effort plus large de collaboration entre l'homme et la machine, visant à renforcer la capacité et la sécurité des opérations aériennes.
Publié le 16 avril 2024 à 10h07
modifié le 16 avril 2024 à 10h07
Le sommaire
    En bref
    1. Le projet VENOM-AFT de l'US Air Force vise à intégrer l'intelligence artificielle dans le pilotage des F-16 pour des opérations autonomes tout en gardant un pilote humain à bord pour la supervision.
    2. Les premiers essais ont déjà eu lieu à la base militaire Eglin en Floride, avec des pilotes humains présents pour intervenir si nécessaire.
    3. L'objectif n'est pas de remplacer les pilotes, mais de les assister via une collaboration avec des systèmes autonomes, améliorant ainsi leurs capacités et la sécurité des opérations.
    4. Une préoccupation clé reste la concurrence technologique avec d'autres nations, notamment la Chine, motivant une avancée rapide dans ce domaine.
    5. Le secrétaire à l'US Air Force, Frank Kendall, prévoit de participer à un vol pour démontrer la fiabilité de cette technologie avancée.
    Hugo Mollet
    Hugo Mollet
    Rédacteur en chef pour la rédaction média d'idax, 36 ans et dans l'édition web depuis plus de 18 ans. Passionné par l'IA depuis de nombreuses années.

    Les avancées de l’intelligence artificielle font désormais partie intégrante du domaine de l’aéronautique. De nombreux secteurs de l’aviation ont déjà commencé à utiliser des pilotes automatisés ou des drones pour différentes tâches. Toutefois, la question se pose : les chasseurs militaires F-16 pourraient-ils bientôt être pilotés par une intelligence artificielle, rendant ainsi les pilotes humains obsolètes ?

    Le projet VENOM-AFT (Viper Experimentation and Next-gen Operations Model – Autonomy Flying Tesbed) mené par l’US Air Force explore les possibilités de développer des capacités de vol autonome pour les chasseurs F-16. Cependant, contrairement à un drone, ces avions ne seraient pas télécommandés mais disposeraient d’une intelligence artificielle capable de les piloter de manière autonome.

    Le projet VENOM-AFT a déjà franchi certaines étapes clés en développant les composants nécessaires à l’automatisation du vol des F-16. L’US Air Force a récemment envoyé les trois premiers avions de chasse sur la base militaire Eglin en Floride pour effectuer les premiers vols d’essai. Ces tests se déroulent toujours en présence d’un pilote humain qui observe et peut reprendre le contrôle de l’avion si nécessaire.

    Les responsables du projet sont catégoriques : bien que l’intelligence artificielle se charge des manœuvres, un pilote humain doit toujours être présent à bord pour superviser et activer ou désactiver des algorithmes spécifiques. Dans le programme VENOM, l’objectif est donc de combiner les capacités de vol autonome des avions avec le jugement et l’expérience des pilotes humains.

    Les pilotes-opérateurs joueront un rôle essentiel dans l’évaluation et l’affinement des réactions de l’intelligence artificielle. Leurs retours d’expérience permettront de perfectionner les décisions prises par l’IA pendant le vol et dans différentes situations. Il est important que l’IA prenne des décisions appropriées et réagisse de manière adéquate en fonction des différentes circonstances.

    Le secrétaire à l’US Air Force, Frank Kendall, a même annoncé son intention de monter à bord d’un de ces avions autonomes plus tard dans l’année, accompagné d’un pilote-opérateur. Cette démonstration vise à montrer les progrès réalisés grâce à l’intelligence artificielle, en témoignant du niveau de confiance accordé à ces avions autonomes.

    Il convient de noter que ces travaux s’inscrivent dans un cadre plus large, celui du programme Collaborative Combat Aircraft (CCA). Le CCA vise à développer des systèmes autonomes qui soutiendront les pilotes humains dans les opérations militaires, sans toutefois les remplacer. L’objectif est d’améliorer les chances de survie des pilotes en leur permettant de s’appuyer sur des drones intelligents capables de gérer certaines tâches.

    Une préoccupation majeure de l’US Air Force est de voir d’autres puissances étrangères, notamment la Chine, progresser rapidement dans le développement de drones intelligents. Il est donc primordial pour les États-Unis de rester en tête de la course technologique afin de préserver leur supériorité militaire.

    En conclusion, bien que les avancées de l’intelligence artificielle ouvrent de nouvelles perspectives pour l’aviation militaire, l’objectif n’est pas de remplacer les pilotes humains, mais plutôt de les soutenir et de renforcer leurs capacités à travers une collaboration efficace avec des systèmes autonomes. Les chasseurs F-16 pilotés par une intelligence artificielle semblent être une réalité imminente, mais les pilotes humains conserveront une place essentielle dans la prise de décision et la supervision des missions aériennes.

    Hugo Mollet
    Hugo Mollet
    Rédacteur en chef pour la rédaction média d'idax, 36 ans et dans l'édition web depuis plus de 18 ans. Passionné par l'IA depuis de nombreuses années.
    actu.iaNewsLes chasseurs F-16 pilotés par intelligence artificielle : Vont-ils rendre les pilotes...

    Anthropic lance-t-il le ChatGPT européen ultime ? Découvrez la révolution pour les conversations en ligne !

    Miss IA : Le concours de beauté révolutionnaire pour influenceuses virtuelles

    Comment VASA-1 crée-t-il des visages parlants ultra-réalistes et en temps réel ?

    Comment l’IA générative révolutionne tous les métiers de Vinci : la clé de l’avenir ?

    Qrevo MaxV : le robot aspirateur ultime alimenté par l’IA ?