Intelligence Artificielle dans la mode : progrès ou préjudice ? Le cas de Sheeren Wu …

L'incident impliquant le mannequin Sheeren Wu et le créateur Michael Costello a mis en lumière les implications complexes de l'intelligence artificielle dans l'industrie de la mode, soulevant des questions de racisme, de déshumanisation et de légalité.
Publié le 8 novembre 2023 à 09h14
modifié le 8 novembre 2023 à 09h14
En bref
  1. Sheeren Wu accuse Michael Costello de racisme après avoir été remplacée par une image IA sur Instagram.
  2. Costello nie les accusations et envisage des poursuites judiciaires.
  3. L'IA dans la mode soulève des préoccupations sur les biais racistes et sexistes.
  4. Des agences comme Levi's adoptent l'IA pour promouvoir la diversité.
  5. L'IA pose un risque de déshumanisation et de discrimination dans le mannequinat.
  6. Un cadre légal est nécessaire pour réguler l'utilisation de l'IA dans la mode.
Hugo Mollet
Hugo Mollet
Rédacteur en chef pour la rédaction média d'idax, 36 ans et dans l'édition web depuis plus de 18 ans. Passionné par l'IA depuis de nombreuses années.

Le cas de Sheeren Wu : une accusation de racisme et déshumanisation

Sheeren Wu, un jeune mannequin américano-taïwanais de 21 ans, a dénoncé via son compte TikTok le 28 octobre dernier, une story Instagram du célèbre créateur de mode américain Michael Costello. Ce dernier avait publié une photo de la jeune femme défilant pour lui lors du salon Art Hearts Fashion qui s’est déroulé du 19 au 22 octobre à Los Angeles. Cependant, dans sa vidéo, Sheeren Wu révèle que ses traits asiatiques ont été remplacés par ceux d’une femme caucasienne générée par intelligence artificielle sur la photo postée par le styliste.

“Je sais qu’en tant que modèle, je suis remplaçable”, explique-t-elle. Ainsi, non seulement la jeune femme accuse le designer de racisme et déshumanisation, mais elle met également en cause sa volonté de profiter des modèles sans représentation d’agence.

@shereenwu Michael Costello has yet to take responsibility for his actions. I want to explain what happened, and I hope other models in the future feel comfortable to speak up. He has since offered to post my photo side by side with the AI one, but has not voluntarily post it. This offer did not contain an apology, and only happened after a model who’s close with him brought light to the situation. Some points I couldn’t fit: -Replaced the face of a model from the same collection -Lightened the skin of a black model in a photo and proceeded to push blame on the makeup artist (mua did not lighten the skin) -Screamed at models backstage (he screamed at the girl who stumbled on the runway to near tears, only to make an Instagram post praising her after.) But considering how long he’s been acting like this, I doubt any apology from him would be sincere; they would be performative at best. (Sorry for the weird cuts and sped up video I was trying to fit as much as I can in) #michaelcostello #greenscreenvideo #drama #michaelcostellocontroversy ♬ original sound – shereenwu

Michael Costello riposte

Le jeudi 2 novembre, Michael Costello, déjà accusé par le passé de harcèlement émotionnel, sexuel et critique envers l’apparence physique des modèles, a publié une déclaration sur Instagram qui a été supprimée après vingt-quatre heures, selon The Guardian. Le styliste y affirme que la photo incriminée lui a été envoyée par un fan (une version différente de celle envoyée à Sheeren Wu), et évoque d’éventuelles poursuites judiciaires contre cette dernière pour fausses accusations.

Répercussions de l’intelligence artificielle sur le monde du mannequinat

Après les retouches Instagram, c’est désormais l’intelligence artificielle qui est sous la loupe, en raison des biais racistes et sexistes qu’elle pourrait entretenir dans l’univers du mannequinat. Susan Scafidi, directrice du Fashion Law Institute de Fordham, spécialisé dans les questions juridiques liées à l’industrie de la mode, partage cette vision lorsqu’elle est interrogée par The Guardian. Elle considère même que le cas de Sheeren Wu illustre comment les programmes d’intelligence artificielle qui intègrent les normes de beauté peuvent complètement gommer les origines des mannequins et ainsi freiner les avancées en matière d’inclusivité et de diversité sur les podiums.

L’essor des agences générées par l’intelligence artificielle

En avril 2023, la marque Levi’s a annoncé sa décision de faire appel à une agence créative basée sur l’intelligence artificielle pour promouvoir davantage de diversité et d’inclusivité dans ses futures campagnes, aux côtés des mannequins humains. De plus en plus d’agences de photographie ont recours à ces technologies pour proposer ce type de services. C’est notamment le cas de la néerlandaise Lalaland.ia et de Deep Agency, qui se trouve encore en phase beta, c’est-à-dire en cours de développement.

Des répercussions souvent néfastes

D’un côté, l’usage de l’intelligence artificielle dans le monde de la mode et de la publicité pourrait avoir pour but de promouvoir davantage de diversité et d’inclusivité. Cependant, certains cas comme celui de Sheeren Wu montrent que ces technologies peuvent être sources de discriminations et de déshumanisation des mannequins.

D’autre part, les agences générées par intelligence artificielle présentent également un risque pour les mannequins professionnels, qui se retrouvent en concurrence avec des images créées de toutes pièces.

Pour limiter les dérives, il est essentiel d’établir des règles juridiques claires concernant l’utilisation de l’intelligence artificielle dans le secteur de la mode. On peut s’interroger notamment sur les droits d’image des mannequins, mais aussi sur les responsabilités des marques et agences quant aux biais racistes ou sexistes générés par les programmes d’intelligence artificielle utilisés.

En conclusion, l’intelligence artificielle apparaît aujourd’hui comme un outil puissant, capable de transformer le visage du monde du mannequinat et de la mode, mais son utilisation comporte des dangers et nécessite une régulation appropriée pour garantir que les valeurs d’inclusivité et de diversité soient respectées.

Hugo Mollet
Hugo Mollet
Rédacteur en chef pour la rédaction média d'idax, 36 ans et dans l'édition web depuis plus de 18 ans. Passionné par l'IA depuis de nombreuses années.
actu.iaNewsIntelligence Artificielle dans la mode : progrès ou préjudice ? Le cas...

Miss IA : Le concours de beauté révolutionnaire pour influenceuses virtuelles

Comment VASA-1 crée-t-il des visages parlants ultra-réalistes et en temps réel ?

Comment l’IA générative révolutionne tous les métiers de Vinci : la clé de l’avenir ?

Qrevo MaxV : le robot aspirateur ultime alimenté par l’IA ?