Accéder à Gemini en France, une question de VPN pour les impatients

Gemini, le dernier modèle d'intelligence artificielle de Google, a suscité un vif intérêt malgré sa disponibilité limitée en Europe. Cet article explore les moyens de contourner ces restrictions, les premières impressions sur Gemini, et les perspectives d'avenir pour ce type de technologie.
Publié le 11 décembre 2023 à 09h05
modifié le 11 décembre 2023 à 09h05
En bref
  1. Gemini, le dernier modèle d'IA de Google, est lancé mais avec des restrictions en Europe.
  2. Les utilisateurs européens peuvent accéder à Gemini via un VPN, choisissant un serveur américain.
  3. Les premiers tests de Gemini révèlent des progrès en traitement du langage naturel.
  4. Une vidéo de démonstration de Gemini a été modifiée pour fluidité, suscitant des critiques.
  5. Les premiers retours sur l'utilisation de Gemini sont partagés, reflétant une phase de développement précoce.
  6. Gemini incarne le potentiel des futures générations d'intelligences artificielles conversationnelles.
Hugo Mollet
Hugo Mollet
Rédacteur en chef pour la rédaction média d'idax, 36 ans et dans l'édition web depuis plus de 18 ans. Passionné par l'IA depuis de nombreuses années.

Depuis son lancement il y a quelques jours, Gemini, le tout dernier modèle d’intelligence artificielle (IA) de Google, suscite un véritable engouement. Néanmoins, les utilisateurs européens devront patienter avant de pouvoir profiter pleinement des fonctionnalités proposées par cette technologie révolutionnaire. Toutefois, il existe déjà des moyens de contourner cette limitation géographique en utilisant un VPN pour accéder à Gemini depuis la France ou d’autres pays européens.

Afin d’utiliser Gemini en Europe, il suffit d’installer un logiciel VPN et de sélectionner un serveur situé aux États-Unis où cette IA est actuellement accessible. Il convient toutefois de rester prudent et de ne pas enfreindre les conditions d’utilisation du service.

Les premières impressions sur l’IA Gemini

Pour mieux comprendre le potentiel de Gemini, nous avons choisi de nous connecter depuis une adresse IP américaine grâce à un VPN. Le chatbot ainsi obtenu explique qu’il utilise le modèle Gemini Pro développé par Google. Après avoir importé une capture d’écran montrant un lapin en train de sauter à la corde, nous avons demandé à Gemini quel sport pratiquait cet adorable petit animal. Les réponses fournies étaient cohérentes et pertinentes, témoignant des avancées significatives dans les capacités de traitement du langage naturel offertes par cette nouvelle génération d’IA.

Un aperçu des capacités de Gemini à travers une vidéo étonnante

Récemment, une vidéo impressionnante circule sur les réseaux sociaux afin de démontrer les capacités de Gemini.

D’une durée de six minutes, cette vidéo montre une conversation fluide et naturelle entre un utilisateur et l’intelligence artificielle. Gemini est capable de reconnaître un canard dessiné à la main, de localiser une balle en papier cachée sous une tasse et de suggérer des objets à tricoter réalisés à partir de deux pelotes de laine de couleurs différentes.

Des erreurs factuelles dans la vidéo présentée

Cependant, il faut noter que la vidéo a été modifiée pour donner l’impression d’une conversation plus naturelle. Dans la description publiée sur YouTube, Google admet que “la latence a été réduite et les réponses de Gemini ont été raccourcies pour des raisons de concision”. De plus, certains éléments sont ajoutés pour préciser que le chatbot doit identifier un jeu à partir de trois images de mains ou classer trois images représentant le soleil, la Terre et Saturne selon leur distance par rapport au Soleil.

Oriol Vinyals, vice-président de la recherche chez DeepMind (la filiale britannique de Google spécialisée dans l’IA), confirme ainsi que “toutes les commandes et résultats de la vidéo sont réels mais raccourcis pour plus de concision”.

Premiers retours mitigés sur l’utilisation de Gemini

Au-delà de cette vidéo, les premiers pas de Gemini ont laissé certaines personnes sceptiques. Les premiers testeurs qui l’ont intégré dans Bard – le chatbot de Google – sont partagés dans leurs avis. En effet, il semble que cette version de Gemini ne soit pas le modèle le plus puissant développé par Google.

Néanmoins, il est important de souligner que ces retours concernent une utilisation encore précoce de Gemini. À mesure que les chercheurs et les développeurs continueront de travailler sur ce projet, il est probable que ses capacités et son utilité s’améliorent considérablement.

L’avenir de Gemini et des IA conversationnelles

Les avancées technologiques réalisées avec Gemini montrent un véritable potentiel pour les futures générations d’intelligences artificielles. Tandis que les modèles actuels comme GPT-4 d’OpenAI ou Gemini Pro connaissent déjà un certain succès, il reste encore beaucoup de travail à accomplir pour parvenir à une interaction humain-machine totalement fluide et naturelle.

En somme, bien que Gemini soit encore en phase de développement et que sa disponibilité en Europe soit limitée, ce nouveau modèle d’intelligence artificielle de Google promet d’importantes avancées dans le domaine de la communication homme-machine et pourrait révolutionner notre manière d’utiliser les technologies de l’information à l’avenir.

Hugo Mollet
Hugo Mollet
Rédacteur en chef pour la rédaction média d'idax, 36 ans et dans l'édition web depuis plus de 18 ans. Passionné par l'IA depuis de nombreuses années.
actu.iaNewsAccéder à Gemini en France, une question de VPN pour les impatients

L’utilisation des chatbots pour les entretiens d’embauche suscite des questionnements parmi les DRH concernant l’impact de l’intelligence artificielle

L’intelligence artificielle utilisée pour publier des livres pour enfants en langues locales au Mali

Fallout : Quand une IA modifie l’affiche de la série, que se passe-t-il ensuite ?